Digg StumbleUpon LinkedIn YouTube Flickr Facebook Twitter RSS Reset

Un smartphone qui bloque le partage des selfies intimes

Conçu par une marque japonaise, le Tone e20 intègre un programme d’intelligence artificielle qui reconnaît lorsqu’un jeune garçon ou une jeune fille prend un selfie compromettant, comme une photo de nu. Le cliché est alors supprimé et les parents sont prévenus.

Et si Benjamin Griveaux avait eu ce smartphone… Conçu d’abord pour les mineurs, et plus exactement les « millenials », le Tone e20 est un smartphone d’un nouveau genre puisqu’il empêche les adolescents de prendre des selfies compromettants, essentiellement des photos de nus. Fabriqué par une marque japonaise, il profite pour cela d’un programme d’intelligence artificielle capable de reconnaître un cliché de nu, et lorsque c’est le cas, la photo n’est pas enregistrée dans l’appareil.

Des réseaux sociaux, comme Facebook, disposent déjà d’algorithmes capables de reconnaître des photos et vidéos inappropriées postées sur leur plateforme, et d’ailleurs, l’algorithme est si puissant qu’il bloque aussi des tableaux célèbres ou des campagnes contre le cancer du sein… Mais le réseau social de Mark Zuckerberg n’empêche pas une personne de prendre la photo elle-même, ni de la partager via un message privé.

Un Américain sur deux a déjà partagé une photo intime

Vendu pour l’instant uniquement au Japon, ce modèle sous Android a tout d’un smartphone d’entrée de gamme avec ses 64 Go de mémoire, ses quatre capteurs photo, et surtout son prix réduit, environ 180 euros. Il cible donc parfaitement les adolescents, et pour rassurer les familles, la fonction Smartphone Protection permet aussi d’alerter un parent lorsque leur garçon ou leur fille a voulu prendre une photo compromettante.

----------------------------------------------------------------------------

Bien sûr, cela peut ressembler à de l’espionnage, mais Cnet.com rappelle quelques chiffres inquiétants. Ainsi, selon une enquête de McAfee de 2014, un Américain sur deux a déjà partagé une photo à caractère sexuel. Selon une autre étude, publiée par le magazine Cosmopolitan, ce chiffre grimpe à 90 % chez les jeunes filles ! Autant de cibles potentielles de chantage et de « revenge porn ».