Digg StumbleUpon LinkedIn YouTube Flickr Facebook Twitter RSS Reset

Pourquoi il ne se passe (presque) jamais rien chez Apple en décembre

Un événement spécial au début du mois de décembre chez Apple ? Une occasion rare, mais dont on n’attendait rien de bien particulier, et on avait raison. Hier, Apple a juste organisé une sorte de « cérémonie des Oscars » en petit comité pour les meilleures applications du moment, pas de quoi en faire un plat.

Il faut dire que, justement, le mois de décembre est un mois bien plat chez Apple. Depuis la naissance de l’entreprise, on compte sur les doigts d’une main les annonces importantes diffusées par l’entreprise lors du dernier mois de l’année.

On s’en doute, les fêtes de fin d’année se préparent bien à l’avance, et le mois de décembre est plutôt consacré au marketing, afin de convaincre le Père Noël de glisser un maximum de cartons à pomme dans sa hotte.

Mais ce n’est pas la seule raison à ce calme du mois de décembre : pendant des années, ce sont les grands rendez-vous informatiques qui ont servi de piste d’envol aux nouveaux produits Apple. Les conférences mondiales des développeurs (WWDC), toujours en mai ou en juin, bien sûr. Mais aussi les Macworld Expos, théâtres d’un grand nombre de présentations, qui se tenaient en janvier à San Francisco, en février à Tokyo, en juillet à New York et en août à Boston. Sans oublier les Apple Expos de Paris, qui ont accueilli quelques lancements en septembre. Ironie de l’histoire, c’est un 16 décembre qu’Apple a annoncé qu’elle se retirait définitivement de l’organisation des Macworld Expos.

Mais revenons-en au mois de décembre. Côté logiciel, on y trouve quelques mises à jour très mineures, comme le système 6.0.3 en 1988, Mac OS 8.5.1 en 1998 et 9.2.2, la toute dernière version de ce système, en 2001. Du côté de Mac OS X, rien de bien phénoménal non plus : la 10.1.2, la 10.2.3 et, plus récemment, la brochette des 10.12.2, 10.13.2 et 10.14.2 (on attend donc Catalina en 10.15.2 pour ces prochains jours…).

En réalité, tout porte à croire qu’Apple ne lance un nouveau produit en décembre que quand elle n’a vraiment pas le choix. Déjà en 1981, elle présente en catastrophe un Apple III revu et corrigé, après le fiasco de la commercialisation du premier modèle qui souffrait de faux contacts et d’erreurs inopinées. La même machine connaît encore une mise à jour en décembre 1983, sous le nom d’Apple III+, corrigeant notamment des interférences radio qui avaient conduit l’administration fédérale à interdire la commercialisation de son prédécesseur quelques semaines plus tôt !

À l’époque, l’arrière des machines Apple n’était pas forcément plus beau que l’avant de ses concurrents…

Le mois de décembre 1983 sauve cependant la face avec le lancement de l’ImageWriter, une imprimante matricielle pas mal fichue, atteignant une résolution de 144 points par pouce, entièrement pensée pour le futur Macintosh, mais aussi compatible avec toute la gamme Apple II. Sa qualité était telle que certains la considèrent comme supérieure à la version II qui lui succéda en 1985 et qui resta plus de dix ans au catalogue.

L’ImageWriter de 1983 n’était pas très belle, mais elle était efficace

Après cela, c’est à nouveau le calme plat pendant plus de dix ans, jusqu’au lancement de la plate-forme Pippin en 1994. Annoncé à Tokyo, ce Macintosh transformé en console de salon, et fabriqué par des partenaires comme Bandai, devait permettre à Apple de s’immiscer dans la guerre des consoles (comme la Jaguar, la PlayStation ou la Saturn) et des lecteurs multimédia, notamment le CD-interactif de Philips, Sony et Matsushita.

On ne peut pas dire que la Pippin fut un grand succès. Non, vraiment, on ne peut pas le dire. Ce fut même l’un des plus gros gadins de la marque au cours des années 90 — et pourtant, à l’époque, Apple était spécialiste en la matière !

Pippin : Là où se rencontrent les puissances du divertissement, de l’informatique et d’internet.

Ces dernières années, le mois de décembre est devenu celui des cas désespérés. En 2013, c’est le Mac Pro qui est enfin commercialisé, celui en forme de poubelle cylindre, six mois après sa présentation, un délai très inhabituel chez Apple. De même, en 2017, c’est l’iMac Pro qui rejoint les étals juste avant Noël, lui aussi plusieurs mois après sa présentation officielle, elle-même déjà en demi-teinte pour faire patienter les « pros ».

Aujourd’hui, les mêmes professionnels attendent encore le bon vouloir d’Apple pour mettre la main sur le Mac Pro 2019, promis pour « cet automne » et lui aussi attendu depuis longtemps.

----------------------------------------------------------------------------

Finalement, dans ce tableau, seuls les petits AirPods sortent du lot. Commercialisés en petites quantités le 13 décembre 2016, ils font depuis un carton, malgré leur prix relativement élevé. On estime qu’Apple rafle avec eux quasiment la moitié du marché des casques sans fil ! Comme quoi, on peut porter une pomme, débarquer en décembre et ne pas rejoindre pour autant le panthéon des flops !