Digg StumbleUpon LinkedIn YouTube Flickr Facebook Twitter RSS Reset

Test du Vive Cosmos Elite, la réalité virtuelle selon HTC

Futura a pu tester le dernier casque de réalité virtuelle de HTC, un casque modulable qui fonctionne avec un suivi interne ou un suivi externe avec des stations de base. Le HTC Vive Cosmos Elite est un casque haut de gamme et qui fonctionne uniquement avec un PC.  

Les casques de réalité virtuelle (VR) connaissent actuellement un succès sans précédent. Le marché est toutefois, pour l’instant, dominé par quelques marques. En casques purement PCVR nécessitant donc d’être reliés à un PC, Valve, propriétaire de la plateforme Steam de jeux 3D et VR, a créé son propre casque Valve Index ; HTC propose sa gamme Vive ; et HP a récemment sorti le Reverb G2. Face à ces trois géants, nous avons le Quest 2 d’Oculus que nous avons déjà testé. Aujourd’hui, nous allons regarder de plus près le Vive Cosmos et le Vive Cosmos Elite de HTC, un casque qui fonctionne grâce à Steam VR sur le PC.

Vive Cosmos ou Vive Cosmos Elite ?

Nous avons la chance de tester en même temps le Vive Cosmos et le Vive Cosmos Elite. En réalité, il s’agit du même casque, seul le faceplate (et la couleur de la coque) change. Cela permet d’y associer des stations de base pour plus de précision dans le suivi. Il reste sinon en tout point identique, avec le même écran, les mêmes lentilles et le même système audio.

Notre test commence donc avec le Vive Cosmos. Le coffret contient le casque en lui-même, deux manettes, un câble de cinq mètres et un boîtier de liaison avec ses câbles secteur, USB et DisplayPort. Pour l’installation, HTC a imprimé en grand l’adresse pour télécharger le logiciel d’installation à l’intérieur de la boîte. Commencez par ici avant de vous demander à quoi servent tous ces câbles. Le logiciel d’installation vous guidera pas à pas à travers les branchements et téléchargera les logiciels nécessaires pour utiliser le casque avec Steam VR.

Un serre-tête qui ne convient pas à toutes les morphologies

Le casque utilise un arceau « halo » comme le casque VR de la PlayStation. Plutôt que de se connecter au casque sur les côtés, il se connecte sur le dessus. Ce choix est généralement très apprécié par les utilisateurs. Toutefois, il ne semble être adapté à certaines morphologies. Impossible de le faire tenir en place, il glisse sans arrêt, même en suivant scrupuleusement la vidéo publiée par HTC. Étant donné la popularité de ce genre de serre-tête, ce problème doit être assez rare.

À noter, toutefois, que le choix de cet arceau rend le casque incompatible avec le serre-tête HTC Delux Audio Strap. Malgré tout, il offre l’avantage de pouvoir faire pivoter la visière. Il n’est plus nécessaire d’enlever le casque pour voir le monde extérieur puisqu’il se relève.

HTC explique comment placer HTC Vive Cosmos sur la tête. © HTC

Le Vive Cosmos affiche une définition de 1.440 x 1.700 pixels par œil, soit un peu moins que l’Oculus Quest 2 (1.832 x 1.920 pixels par œil) mais un peu plus que le Valve Index (1.440 × 1.600 pixels). Il offre un taux de rafraîchissement de 90 hertz et un champ de vision de 110 degrés. La bonne nouvelle est une quasi absence des « god rays », ces halo lumineux autour des objets clairs sur fond sombre qui sont très présents par exemple dans l’Oculus Quest 2. Toutefois, l’effet « grille », où l’espacement entre les pixels est visible, est un peu plus présent que sur le Quest 2, mais on s’y habitue rapidement et c’est beaucoup moins prononcé que sur des casques plus anciens.

L’un des points forts est un réglage de la distance interpupillaire (IPD) très fin. HTC n’indique pas les valeurs minimum et maximum mais, dans notre test, nous avons pu descendre jusqu’à 62 millimètres (voire 61,80 en forçant légèrement) et monter jusqu’à 74 millimètres avec une graduation à 0,1 millimètres. C’est incomparable avec, par exemple, l’Oculus Quest 2 qui ne propose que trois réglages : 58, 63 et 68 mm. Les personnes avec un petit IPD pourraient rencontrer quelques problèmes mais ce casque sera beaucoup plus confortable pour les personnes avec un IPD de 70 mm ou plus.  

Un système de tracking interne correct et une version Elite beaucoup plus précise

Les manettes sont d’une bonne taille et se prennent très bien en main. Elles devraient convenir à la plupart des utilisateurs. Elles sont très lumineuses mais ceci n’est, bien sûr, pas visible lorsque vous avez le casque sur la tête… En jeu, le suivi est correct. Le casque s’appuie sur six caméras de tracking pour se passer de stations de base. Nous sommes un peu en dessous du suivi de l’Oculus Quest 2, et l’effet est visible par exemple dans les scores dans le jeu Beat Saber. La différence n’est cependant pas très significative au niveau du ressenti en jeu.

Il faut noter toutefois que le casque est très sensible à la luminosité de la pièce et fonctionne difficilement près d’une fenêtre en plein jour. Le soir, avec toutes les lumières allumées, il se plaint qu’il fait trop sombre. Une lampe sur pied a permis de résoudre le problème. Les écouteurs sont très bons, se mettent facilement sur les oreilles et le son est très immersif. Le seul point noir est que ce casque chauffe beaucoup, ce qui déclenche un ventilateur plutôt bruyant.

Le casque est modulable. Pour passer au Vive Cosmos Elite, il nous suffit de changer le faceplate (la partie avant du casque). Il fonctionne avec deux stations de base HTC compatibles avec Steam VR, et deux manettes Vive, beaucoup plus imposantes. Là encore, pour faire l’installation, il faut suivre le lien imprimé dans la boîte. Une vidéo nous montre comment retirer le faceplate Cosmos et installer celui pour le Cosmos Elite. Nous avons eu toutefois un petit souci, puisque le lien pour l’installation des stations de base ne contenait aucun guide. Il aura fallu chercher sur Google pour trouver la bonne page.

Finalement, le fonctionnement est très simple. Malgré plusieurs prises à l’arrière, il suffit de brancher sur secteur et de les poser face à face dans les deux coins opposés de l’aire de jeu, en diagonale. Le reste fonctionne sans fil avec le casque. Nul besoin d’avoir un capteur Bluetooth ou de brancher un câble sur le PC. En cas de pépin, un câble USB permet de synchroniser les deux bases.

Le suivi est clairement beaucoup plus précis et on comprend pourquoi HTC a nommé cette version « Elite ». Ici, les manettes sont celles du casque Vive, plus ancien. Elles sont beaucoup plus encombrantes et ne conviennent sans doute pas aux petites mains. Toutefois, dans les jeux de combat, la sensation n’est pas désagréable puisqu’on ressent le poids des armes dans les mains.

L’avis de Futura

Que ce soit le HTC Vive Cosmos ou la version Elite, ce casque est très bien. Il n’est toutefois pas exempt de défauts. L’image est nette et l’effet de grille reste acceptable. Les manettes de la version Cosmos sont très agréables, même si le suivi pourrait être mieux. Le côté modulable est très pratique et permet de changer le type de suivi sans changer de casque. Il est cependant cher face notamment à l’Oculus Quest 2. Toutefois, le prix est beaucoup plus raisonnable si vous êtes déjà équipé avec des stations de base.

On aime

  • Le réglage de la distance interpupillaire très fin
  • Les « god rays » quasiment absents
  • La visière qui se relève
----------------------------------------------------------------------------

On n’aime pas

  • L’effet grille un peu plus présent en comparaison avec ceux de la concurrence
  • Le bruit de ventilateur

Fiche du HTC Vive Cosmo Elite

  • Définition : 1.440 x 1.700 pixels par œil
  • Taux de rafraîchissement : 90 hertz
  • Champ de vision : 110 degrés
  • Réglage IPD : 62 à 74 mm
  • Poids : 645 grammes
  • Prix : 599 € pour le casque Vive Cosmos Elite seul (pour ceux qui ont déjà les stations de base et manettes Steam VR), 799 € pour le Vive Cosmos et deux manettes Cosmos, 999 € pour le Vive Cosmos Elite avec deux manettes Vive et deux stations de base.