Digg StumbleUpon LinkedIn YouTube Flickr Facebook Twitter RSS Reset

Test du mini-PC Odyssey Blue J4105 à prix mini

Quel ordinateur acheter lorsqu’on possède un budget de moins de 300 euros ? Futura a choisi de tester un mini PC et de voir s’il pouvait remplacer un PC de bureau dans une chambre d’étudiant ou celui d’une personne en télétravail ou bien d’un travailleur indépendant. Voici le verdict avec le boîtier Odyssey Blue J4105.


[EN VIDÉO] En 2050, nous travaillerons avec des ordinateurs transparents
  Nous sommes aujourd’hui rivés à nos écrans, mais demain, la réalité augmentée et la puissance des ordinateurs nous libéreront de nos postes de travail, grâce à des écrans transparents ou virtuels. C’est ce que nous explique Planète + dans son nouvel épisode de Rêver le futur, diffusé ce vendredi 3 février 2017, et dont voici un extrait en exclusivité. 

Peut-on s’acheter un PC de bureau récent avec moins de 300 euros ? C’est l’objectif que s’était donné Futura pour cet automne et le choix de la rédaction s’est porté sur l’Odyssey Blue J4105, un mini PC, vendu 273 euros depuis septembre et signé Seeed Studio. À ce prix-là, on n’a évidemment pas une configuration surpuissante avec notamment un processeur Intel Celeron mais ce qui nous avait attirés, ce sont les 8 Go de mémoire vive, les 128 Go de mémoire de stockage et le format : 11 cm de côté et 3,3 cm d’épaisseur pour 800 grammes.

Comme le montre la photo ci-dessous, ce mini PC tient dans la main et il sera très discret sur un bureau. Pour ne rien gâcher, son design est plutôt réussi et le fabricant a eu la bonne idée d’ajouter de nombreux tampons sur ses flans, ce qui permet de le placer comme on veut, en toute stabilité. Il y a même des trous sur la coque arrière pour le placer sur un mur. Grâce à un astucieux système d’aimants, la vitre se retire et on découvre un ordinateur de type SBC (Single Board Computer), comme le très connu Raspberry Pi 4. Tout est soudé sur la carte, ce qui forcément limite les améliorations (processeur, mémoire…) mais il n’en demeure pas moins évolutif.

Une connectique complète

Avant de le démarrer, ce qui séduit aussi, c’est la connectique. En façade, un lecteur de carte SD, une prise USB 3, un port USB-C et un connecteur auxiliaire pour brancher un casque ou des enceintes. À l’arrière, c’est tout aussi riche avec deux ports Ethernet, une prise HDMI et deux prises USB supplémentaires. Bien sûr, il y a une prise pour le brancher au secteur et c’est ce qu’on a fait après l’avoir étudié sous toutes ses formes.

Après le branchement, s’ajoutent un clavier et une souris filaires et on le connecte à un écran via la prise HDMI. Quelques secondes plus tard, le bureau de Windows 10 (pré-installé mais non activé) apparaît. C’est aussi rapide qu’un PC classique et la prise en main est instantanée. Le réseau Wi-Fi est détecté immédiatement et on profite de la puce Bluetooth pour l’appairer avec une enceinte sans fil. Là encore, c’est immédiat et le son ne souffre d’aucune distorsion.

Ensuite, place aux premières installations de logiciels et d’applications. On note au passage que la connexion Internet affiche le même débit que sur notre ordinateur habituel et que les 128 Go de stockage permettront d’installer l’essentiel. Pour nos tests, nous avons installé la suite Office, plusieurs navigateurs différents (Chrome, Firefox), la messagerie Slack, un logiciel de retouche d’images et les pilotes de deux imprimantes. Aucun souci de comptabilité.

Oubliez le jeu !

À l’usage, pas de lenteur spéciale : on a pu ouvrir une vingtaine d’onglets dans un navigateur sans noter de ralentissements. Ce que l’on constate, en revanche, c’est que le chipset graphique montre ses faiblesses sur le passage d’un logiciel à un autre, ou encore pour les travaux de retouche d’images.

On a parfois un bref écran noir mais rien de rédhibitoire, cela se remarque aussi sur des jeux en ligne. Pour s’en convaincre, nous avons installé des jeux populaires comme Fortnite et Minecraft. On peut l’affirmer : c’est à oublier ! Ce mini PC n’est pas fait pour jouer, et il faudra y penser au moment de l’acheter. Cela peut aussi être un bon moyen d’empêcher son enfant de jouer sur son PC. C’est mieux qu’un « contrôle parental » même si c’est radical.

En revanche, pour la vidéo, rien à dire. Que ce soit en streaming (Netflix, YouTube…) ou pour des vidéos téléchargées, la fluidité est bonne, et l’affichage 4K est supporté (en 1.080p). Pour nos tests, nous l’avons branché en USB-C ou en HDMI. Nous avons aussi fait du double affichage, et nous l’avons même utilisé comme boîtier externe sur un téléviseur. Pour un usage quotidien, pour regarder quelques émissions de télévision et des épisodes de série : c’est suffisant.

Les bricoleurs vont l’adorer

À l’arrivée, pour moins de 300 euros, ce mini PC remplit sa mission. On le conseillera pour de la bureautique, Internet ou encore les vidéos en ligne. Seul le jeu, même les moins gourmands, est pénalisé, mais on sait aussi que les PC de bureau souffrent déjà de la concurrence des consoles de salon et des PC portables. C’est donc un ordinateur d’appoint, qui peut être dédié à la bureautique (Word, Excel, comptabilité…) par exemple. On peut aussi s’en servir comme serveur NAS avec la présence d’un port Sata pour l’ajout d’un disque dur ou pour découvrir Linux. Les bricoleurs sauront le faire évoluer et ils seront ravis d’apprendre qu’il est même possible de lui ajouter un module 4G/5G, tandis que les autres l’utiliseront a minima, et à ce tarif, c’est déjà très bien.

Fiche technique de l’Odyssey Blue J4105

Marque :  Seeed studio ;

Système d’exploitation : Windows, Linux ;

Processeur : Intel Celeron J4105 ;

Vitesse du processeur : 1.5 GHz ;

Nombre de coeurs : 4 ;

Mémoire vive : 8 Go ;

Stockage : 128 Go ;

Connectique : Bluetooth, SATA 6.0 Gb/s, USB-C, DisplayPort, Ethernet, HDMI…

----------------------------------------------------------------------------

Prix : 273 euros (sur Amazon).