Digg StumbleUpon LinkedIn YouTube Flickr Facebook Twitter RSS Reset

Sur Internet, de riches Chinois s’arrachent des billets pour l’espace

Le prix de 70 000 euros pour une sortie de tout juste cinq minutes n’a pas effrayé les amateurs qui ont réservé leur place pour 2015 et 2016.

Des billets pour une sortie de cinq minutes dans l’espace, mis en vente sur l’Internet en Chine, sont partis comme des petits pains, réservés par des clients non dissuadés par le tarif unitaire dépassant 70 000 euros, a rapporté la presse vendredi. En tout 305 candidats se sont inscrits en quelques minutes à un des vols privés proposés par la société néerlandaise SXC sur le site de commerce en ligne Taobao, a précisé le journal China Daily. Parmi eux figurent des hommes d’affaires originaires de métropoles économiques comme Shanghai ou Chengdu, a ajouté le quotidien.

Les sorties se feront dans une navette à deux places – le pilote astronaute et un passager unique – dont deux versions sont prévues : le Lynx Mark I atteindra une altitude de 61 km et le Lynx Mark II une altitude de 103 km. Les vols avec la première navette, vendus au prix de 599 999 yuans (71 000 euros), sont prévus pour le quatrième trimestre 2015. La sortie dans l’espace durera cinq à six minutes. Les passagers ayant choisi un vol dans la seconde navette devront, eux, attendre 2016. Les lancements se feront depuis une base spatiale du désert de Mojave, dans l’Ouest américain.

Sur son site internet, la société SXC explique avoir été fondée par des “professionnels expérimentés de l’aérospatial”, qui “se consacrent au développement du voyage dans l’espace comme moyen de transport commercial”.

Retrouvez cet article sur LePoint.fr

----------------------------------------------------------------------------

“Prix abusifs” à La Réunion et Mayotte : lourde amende pour SFR
Xavier Niel se vante d’avoir “utilisé” Montebourg pour un coup de pub
États-Unis : Amazon se lance dans la musique en ligne
Surveillance : Microsoft veut savoir jusqu’où ira Washington
Recevez la newsletter Le Point.fr