Digg StumbleUpon LinkedIn YouTube Flickr Facebook Twitter RSS Reset

Skype développe un service de traduction instantanée

C’est ce qu’a annoncé le PDG du groupe Microsoft lors d’une conférence en Californie. Une version de test est prévue pour cette année, et la version commerciale à l’horizon 2017.

D’ici deux à trois ans, nous pourrons discuter en instantané sur Skype avec des gens dont nous ignorons totalement la langue. Microsoft travaille actuellement sur un service payant de traduction en quasi temps réel pour son logiciel d’appels téléphoniques via internet, comme l’a annoncé le PDG du groupe Satya Nadella lors d’une conférence en Californie reprise par le site The Verge. Une version de test est même prévue pour le courant de l’année 2014. Le service fonctionne déjà entre l’anglais et l’allemand mais l’objectif est de le rendre disponible pour un très grand nombre de langues. Un pré-requis indispensable lorsque l’on sait que Skype revendique 300 millions d’utilisateurs mensuels dans le monde.

«Depuis que nous savons parler, nous voulons franchir la frontière de la langue» a ajouté Satya Nadella, comme pour justifier l’ampleur des travaux: sur son site dédié à la recherche, Microsoft a expliqué travailler depuis dix ans sur cette idée qui était considérée comme «presque impossible» à l’époque. La création il y a quatre ans d’un programme capable de traduire les conversations téléphoniques a redonné de la vigueur au projet, alors qu’une autre mission était lancée en parallèle pour améliorer la vitesse de reconnaissance de la parole.

Selon Satya Nadella, l’objectif de Microsoft est de rendre le service disponible sur tous les terminaux, «petits ou grands». Retrouvez ci-dessous quelques minutes de son intervention et la démonstration de la version test de «Skype Translator», le nom provisoire du service (vidéo en anglais).

Retrouvez cet article sur Figaro.fr

----------------------------------------------------------------------------


«Ne pas maîtriser l’anglais m’a fermé beaucoup de portes» 


L’anglais, un frein pour la carrière de la moitié des salariés français 

Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro