Digg StumbleUpon LinkedIn YouTube Flickr Facebook Twitter RSS Reset

Microsoft prend le contrôle de noms de domaine: comme si Sony prenait possession de YouTube…

C’est une bien étrange sanction qui vient de frapper une société de services sur Internet. Ce lundi 30 juin, l’entreprise No-IP a constaté que 22 de ses noms de domaines (les machin.com ou bidule.biz) avaient été saisis… par Microsoft.

No-IP est une boîte Internet créée à une époque où il n’était pas possible de s’offrir un nom de domaine en deux clics, trois mouvements (comme maintenant), nous explique l’un des développeurs de Slate. Ce site propose ce qu’on appelle des sous-domaines (tel que andreafradin.bloublou.biz), afin d’associer des mots qui ont un sens à l’adresse IP qui caractérise chaque machine connectée à Internet. Comme il n’est pas simple de retenir par coeur la suite de chiffres qui compose les adresses IP, No IP (pas d’IP donc) a connu un succès certain.

À LIRE AUSSI

 

Google se lance dans un nouveau secteur: la vente des noms de domaines

 

Lire

Mais ces derniers jours, les nombreux utilisateurs de No-IP ont donc eu une mauvaise surprise: impossible d’accéder à leur site.

«Ce n’est pas un problème technique, a alors réagi No IP. Ce matin, Microsoft a mis en oeuvre une décision de justice fédérale et a saisi 22 de nos domaines les plus popualires.»

Pourquoi?

«Parce que [Microsoft] affirme que certains des sous-domaines ont été victimes de créateurs de malwares.»

Se disant «très surpris», No-Ip reproche à Microsoft «cette action draconienne qui a affecté des millions d’internautes innocents». De son côté, le géant informatique rétorque que cette décision est légitime, puisqu’elle vise à combattre la cybercriminalité. Le blog officiel de Microsoft met ainsi en cause le rôle de No-Ip, et de son infrastructure, dans la propagation de logiciels malveillants:

«Nous prenons No-IP à partie en tant que propriétaire d’une infrastructure fréquemment exploitée par les cybercriminels.»

L’entreprise aurait néamoins rendu 18 des 22 noms de domaines dont elle avait pris le contrôle à (…) Lire la suite sur Slate.fr

----------------------------------------------------------------------------