Digg StumbleUpon LinkedIn YouTube Flickr Facebook Twitter RSS Reset

Les classiques du GIF entrent au musée

Une reconnaissance de la culture web. De la «Dramatic Chipmunk» à Mickaël Jackson et son pop-corn, les GIF «classiques» seront à l’honneur du Museum of the Moving Image, à New York.

Du 12 mars au 15 mai, le Musée de l’image animée de New York propose une exposition consacrée à la manière dont le GIF est utilisé pour communiquer. Jason Eppink, le conservateur à l’initiative de l’exposition, entend montrer «comment le GIF est entré dans le langage courant», confie-t-il au magazine Wired. Dans les galeries, on trouvera donc entre 30 et 50 GIF, parmi les plus célèbres, tous expliqués.

Pour mener à bien son projet, Eppink a sollicité les membres de la communauté Reddit. Leur mission? Sélectionner ce qu’ils estimaient être les «classiques» du GIF, expliquer comment et pourquoi ils les utilisaient, et leur donner une signification. Une sorte de traduction du GIF. Et le site Regards sur le Numérique pose la question:

«On peut se demander si ce n’est justement pas ce qui fait la force de ces images animées, quand elles viennent prendre la place des mots au coeur des conversations, que de ne pouvoir être traduites.»

La force de ces images animées est de parfois permettre de faire passer un message plus clair et plus efficace que de longues explications. Eppink accepte pourtant le défi.

L’entrée d’éléments comme les GIF dans un musée montre à quel point la culture internet gagne en légitimité. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que les petites images animées franchissent les portes d’un haut lieu de la culture. Le même Museum of the Moving Image les a déjà mises à l’honneur à deux reprises.

Alors, le GIF peut-il être considéré comme de l’art? La question fait débat. En mettant en place ces expositions, Eppink n’a pas la prétention de hisser le GIF au statut d’oeuvre d’art, explique-t-il à Wired:

«Je suis vraiment intéressé par la façon dont les gens utilisent les médias, pas nécessairement comme (…) Lire la suite sur Slate.fr

----------------------------------------------------------------------------