Digg StumbleUpon LinkedIn YouTube Flickr Facebook Twitter RSS Reset

Le stockage ADN entre dans une nouvelle dimension

L’utilisation de l’ADN comme support de stockage grand public n’est plus de la science-fiction, mais un futur qui se rapproche à grands pas. Des chercheurs ont mis au point un prototype 100 fois plus rapide que les technologies actuellement disponibles, capable d’écrire 20 gigaoctets en une journée.


[EN VIDÉO] 3 méthodes insolites pour stocker les données numériques
  Pour stocker des fichiers, de la musique ou des vidéos, la plupart d’entre nous utilisent un DVD ou un disque dur. Mais des chercheurs ont développé des méthodes alternatives parfois surprenantes. 

La quantité d’informations produite quotidiennement par l’humanité augmente de manière exponentielle. Comment stocker autant de données ? L’ADN offre une solution particulièrement intéressante, avec une densité d’informations et une durée de vie inégalées. Une équipe de chercheurs du Georgia Tech Research Institute (GTRI) vient de franchir un nouveau pas dans ce domaine.

L’utilisation de l’ADN comme support de stockage pose un problème à cause de la vitesse d’écriture. Les technologies actuelles sont parvenues à écrire un maximum de 200 mégaoctets, une opération qui a nécessité une journée entière. La nouvelle puce développée par le GTRI mesure environ 2,5 centimètres. Le prototype intègre de multiples micropuits, d’une profondeur d’une centaine de nanomètres, pour écrire plusieurs brins d’ADN en parallèle. Une fois entièrement fonctionnelle, la puce pourrait être 100 fois plus rapide que les autres technologies.

Un support de stockage qui pourrait durer des millénaires

Les données sont encodées dans les bases azotées (A, C, G et T), mais l’écriture et la lecture entrainent jusqu’à 10 % d’erreurs. Pour compenser, ils ont également créé un codec capable d’identifier et de corriger ces erreurs en collaboration avec l’université de Washington.

----------------------------------------------------------------------------

Cette technologie ne remplacerait pas nos disques durs dans un avenir proche, mais servirait plutôt de support d’archivage. Actuellement, cette opération s’effectue toujours sur bande magnétique, une technologie ancienne et dont les supports doivent être changés tous les dix ans. À une température suffisamment basse, l’ADN peut être conservé pendant des millénaires, offrant ainsi une solution de stockage à très long terme.