Digg StumbleUpon LinkedIn YouTube Flickr Facebook Twitter RSS Reset

La NSA comme à la maison en Allemagne

P { margin-bottom: 0.21cm; }A:link L’Allemagne est le pied-à-terre européen des services secrets américains. D’après une cinquantaine de documents secrets (à télécharger ici) fournis par Edward Snowden à Der Spiegel et que l’hebdomadaire publie cette semaine en exclusivité, l’Allemagne est le pays européen où la NSA compte le plus de bases secrètes. Der Spiegel en a répertorié six : l’une d’elle se trouve tout bonnement sur le toit de l’ambassade américaine à Berlin, au pied de la Porte de Brandebourg:

«Au dernier étage de l’ambassade […] se tapit un équipement des plus modernes pour écouter les téléphones mobiles, les réseaux wifi et les communications satellitaires. Depuis cet endroit, les services secrets peuvent manifestement surveiller les communications des téléphones mobiles dans le Regierungsviertel [NDLR : le quartier où se trouve le Reichstag].»

Ce serait donc depuis cette base que la NSA aurait espionné des mois durant le téléphone portable d’Angela Merkel, précise Der Spiegel, qui précise que la publication des documents remis par Snowden «est aussi dans l’intérêt du gouvernement fédéral : jusqu’à présent, il a demandé en vain des explications au partenaire américain – et ne sait visiblement toujours pas exactement ce que fait la NSA en Allemagne.»

La plupart des autres caches de la NSA se trouvent au sein de bases militaires américaines situées dans le sud du pays. Les services secrets américains sont particulièrement bien implantés dans le Land de la Hesse, comme à Francfort, dans les locaux du consulat général américain, et à Wiesbaden, au European Technical Center, une base logistique de l’armée américaine. À cinq kilomètres de là, la NSA est d’ailleurs en train de faire construire une nouvelle station d’écoute qui devrait être opérationnelle d’ici fin 2015. Les espions américains se terrent également dans les sous-sols du Dagger-Komplex, à Griesheim, où se trouve le European (…) Lire la suite sur Slate.fr

----------------------------------------------------------------------------