Digg StumbleUpon LinkedIn YouTube Flickr Facebook Twitter RSS Reset

La glycérine au cœur de la fibre optique du futur

Très efficace pour la transmission de données, la fibre optique est aussi fragile. Pour remédier à cette contrainte, des chercheurs ont créé une fibre dont le cœur est composé de glycérine.

S’ils plafonnent, au niveau du débit, les bons vieux câbles en cuivre des télécoms ont l’avantage d’être endurants et costaux. Ce n’est malheureusement pas le cas de la fibre optique. Elle assure le très haut débit à la vitesse de la lumière mais elle reste assez fragile dès qu’il s’agit de l’étirer ou de la courber.

Pour les longues distances avec peu de courbures, la fibre optique est constituée de fils de verre très fins et fragiles mais très performants. Pour eux, la marge de manœuvre est très limitée dès qu’il s’agit de tordre ou de tendre le câble. C’est pourquoi, à partir du moment où l’on cherche à raccorder la fibre à un bâtiment, le matériau utilisé est le plastique transparent, autrement dit, du plexiglass. Il supporte mieux les contraintes et peut être plié, mais il risque également la rupture si l’on tire excessivement dessus. Dans le meilleur des cas, des microfissures vont engendrer des pertes de données. Pour régler ces problèmes, des chercheurs de l’institut suisse Empa ont mis au point une fibre optique dont le noyau est constitué de glycérol liquide, autrement dit, de la glycérine.

Pas de fuites de liquide dans la fibre

Le liquide est contenu dans une gaine transparente en fluoropolymère. En plus d’apporter la flexibilité souhaitée, il permet également de tirer sur la fibre sans risque de rupture. Mieux encore, dans ce cas, la densité du glycérol change et sa couleur également. L’analyse de la teinte permet donc de mesurer précisément la tension de la fibre.

----------------------------------------------------------------------------

Selon les chercheurs, lorsque la fibre est coupée, le noyau liquide ne s’échappe pas. En revanche, cela peut être le cas lorsque l’on exerce une pression sur le câble. Pour éviter les fuites, il est cependant possible de sceller l’extrémité de la section avec une lame chauffée. Reste que si cette invention règle ces inconvénients de flexibilité et de tension, elle n’est sans doute pas prête d’être déployée massivement. C’est pourquoi, les chercheurs comptent également employer cette fibre comme système de transmission hydraulique dans les micromoteurs.