Digg StumbleUpon LinkedIn YouTube Flickr Facebook Twitter RSS Reset

Il y a 300 pétitions en faveur de Snowden sur Change.org, pas sûr que la dernière change la donne

Bernard Kouchner, Pierre Bergé, Luc Ferry, Jack Lang ou bien encore Michel Rocard… Ils sont parmi les 53 premiers signataires d’une pétition, lancée ce mardi 3 juin, qui demande très solennellement à «François Hollande [d’accorder] l’asile politique à Edward Snowden», l’ancien consultant de la NSA qui a révélé il y a un an tout juste les pratiques de surveillance massive de l’agence de renseignement américaine, et qui est aujourd’hui réfugié en Russie. Cet appel, à l’initiative du journal L’Express, a été déposé sur une plate-forme précisément dédiée à la publication de ce genre de manifestes, Change.org. Un site qui concentre déjà… «environ 300 pétitions consacrées à Snowden», nous indique par mail Benjamin des Gachons, directeur des campagnes en France de Change.org. En France, aux Etats-Unis, en Nouvelle-Zélande, en Islande, en Allemagne, ou bien en Inde, nombreux en effet sont les appels qui demandent depuis des mois à tel ou tel gouvernement de recevoir et protéger le lanceur d’alerte. Plus ou moins sérieux (une pétition française réclamant par exemple d’un même coup l’asile pour Snowden, et la démission de François Hollande), plus ou moins populaires aussi, certains ne dépassant pas la dizaine de voix, d’autres atteignent 7.000 signatures, tous ces manifestes ont la même particularité: ils sont passés plutôt inaperçus. Et il semble peu probable que cette nouvelle pétition, malgré ses plus de 65.000 signataires à date, des soutiens prestigieux et une médiatisation assurée par L’Express, parvienne à faire mieux.

Déjà parce que les questions de surveillance, et d’érosion de l’intimité sur Internet, n’agitent pas particulièrement les foules en France. Ensuite, parce que le gouvernement a un avis bien arrêté sur la question. Lors du Conseil européen d’octobre dernier, qui s’est vu complètement chamboulé par les révélations Snowden et l’annonce de l’espionnage des portables de (…) Lire la suite sur Slate.fr

----------------------------------------------------------------------------