Digg StumbleUpon LinkedIn YouTube Flickr Facebook Twitter RSS Reset

GoPro prépare son entrée à Wall Street

L’entreprise américaine de caméras dédiées aux sports extrèmes a déposé lundi son dossier d’introduction en Bourse et prévoit de lever jusqu’à 100 millions de dollars (73 millions d’euros).

Après avoir écumé les sports extrèmes, GoPro se prépare à sa plus grande aventure: son entrée à Wall Street. L’entreprise américaine spécialisée dans les caméras antichocs a déposé lundi auprès des autorités américaines son dossier en vue d’une introduction en Bourse, après avoir annoncé ses ambitions boursières au mois de février. Pour ce faire, elle compte lever jusqu’à 100 millions de dollars (73 millions d’euros).

Fournisseur de Felix Baugartner

GoPro a été fondé en 2003 par Nick Woodman, qui a eu l’idée d’inventer une caméra dédiée aux sports extrèmes afin de pouvoir documenter sa passion pour le surf. Le premier modèle sort un an plus tard, en 2004, auquel se succèderont trois générations de caméras antichocs. Les appareils, ainsi que les nombreux accessoires qui les accompagnent, rencontrent aussitôt le succès. En 2013, GoPro a écoulé quelque 3,84 millions de caméras, soit 66% de plus qu’en 2012. Leur prix est pourtant loin d’être donné: le dernier modèle en date, la Hero3, est vendu 249 euros dans sa version la plus basique.

Les sportifs n’hésitent pas à mettre la main au porte monnaie pour pouvoir enregistrer puis diffuser en ligne leurs exploits, assurant ainsi une jolie publicité pour GoPro. L’entreprise californienne a notamment équipé Felix Baugartner, qui a sauté en chute libre d’une hauteur de 39,45 kilomètres en octobre 2012.

Dans son document d’introduction en Bourse, GoPro détaille ses performances financières. La société revendique un chiffre d’affaire de 986 millions de dollars (719 millions d’euros), soit une progression de 87% en un an. Il a néanmoins baissé de 8% (…) Lire la suite sur Figaro.fr

----------------------------------------------------------------------------


Le succès de GroPro ne se dément pas 

Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro