Digg StumbleUpon LinkedIn YouTube Flickr Facebook Twitter RSS Reset

Facebook veut se lancer dans les services bancaires

Le réseau pourrait obtenirl’approbation des régulateurs irlandais pour proposer à ses utilisateurs un service permettant de stocker de l’argent sur sa plateforme.

Non content d’être un réseau social
permettant de publier du contenu et d’échanger des messages, Facebook
s’apprête à se lancer dans les services bancaires.

Le réseau pourrait obtenir d’ici quelques semaines l’approbation des régulateurs irlandais pour proposer à ses utilisateurs un service permettant de stocker de l’argent sur sa plateforme, payer ses achats et effectuer des transferts d’argent, si l’on en croit le Financial Times
.Si Facebook est déjà autorisé à servir d’intermédiaire pour l’achat d’options de jeux sur son site (ce qui a représenté 1,2 milliard de dollars en 2013) et peut procéder à des transferts de fonds aux États-Unis, ce nouveau service a de quoi être assimilé à un véritable compte bancaire en ligne.

La firme de Mark Zuckerberg
serait en discussions avec trois start-up londoniennes spécialisées dans les paiements internationaux pour envisager un partenariat: TransferWise, Moni Technologies et Azimo. Selon le journal, Facebook aurait même offert 10 millions de dollars pour recruter l’un des cofondateurs d’Azimo comme directeur du développement.

Le réseau social, qui revendique 1 milliard d’utilisateurs mais connaît une certaine désaffection auprès des jeunes, entend monétiser son audience. Il est loin d’être le premier à s’engager sur ce terrain. Après Baidu (le Google chinois), qui a lancé en octobre dernier un service d’épargne, l’application de messagerie instantanée WeChat a inauguré son service de stockage d’argent WeChat-TenPay, (…) Lire la suite sur Figaro.fr

----------------------------------------------------------------------------


Kalaapa crée le premier site réseau social pour CGI
 


La folie bitcoin gagne la Silicon Valley
 


Tout ce que Gmail a changé en dix ans
 


WeChat, l’appli chinoise qui rivalise avec WhatsApp
 

Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro