Digg StumbleUpon LinkedIn YouTube Flickr Facebook Twitter RSS Reset

Apple veut servir l’humanité (mais pas toute l’humanité)

Applaudissement nourri mardi matin à Cuppertino, au siège d’apple en Californie où s’est tenue la grand messe annuelle de la firme à la pomme. Après une belle vidéo bien léchée, le PDG  Tim Cook, en noir des basket au sweat shirt, cool réaffirme la devise d’Apple : le consommateur en premier, et des technologies et produits conçus pour servir l’humanité.      

L’humanité c’est vaste, mais Apple a une vision limitée de l’humanité qu’elle souhaite servir… et les humains qui assemblent ses produits ne font manifestement toujours pas partie de son équation.    

Une fois de plus, l’ONG China Labor Watch a publié cette semaine un rapport qui montre que Foxconn, le sous traitant chinois d’Apple (et de nombreuses autres multinationales), ne respecte toujours pas les lois chinoises.     Depuis 2010, cette ONG basée à New York s’infiltre régulièrement dans des lignes de production en faisant embaucher ses enquêteurs comme ouvriers. 

Pour le dernier rapport sur Apple, l’un d’eux a passé un an dans l’usine de Zhengzhou où sont produits une grande partie des Iphone vendus dans le monde. 60 000 à 150 000 personnes y travaillent. Une quasi ville. Ici aussi un article en anglais écrit pas un journaliste qui a réussi à pénétrer cet ensemble d’usines. .   

Ci dessous une vidéo d’une visite officielle. 

De multiples entorses à la législation chinoise

Première entorse au code du travail chinois, il prévoit un maximum de 10% de main d’oeuvre intérimaire par usine, or dans cette usine, le pourcentage d’intérimaires est de 50% dans la période de pic de production, c’est à dire en ce moment même.   

Deuxième entorse, les heures supplémentaires dépassent parfois 100 heures par mois, quand la limite légale est de 36. Très souvent, ces heures ne sont pas payées. Les ouvriers ont un objectif de production à faire pendant leur journée, et s’ils ne l’atteignent pas, ils se font insulter publiquement et doivent travailler gratuitement jusqu’à ce que l’objectif soit atteint.   

Le plus pervers, raconte l’enquêteur, c’est que les ouvriers sont volontaires pour trop travailler. Le salaire minimum chinois ne permet pas de vivre décemment et il n’a pas été augmenté dans l’usine depuis 2015. Les ouvriers sont donc prêts à tout accepter pour en avoir. C’est même un mode de management chez Foxconn. Si les ouvriers réclament des heures non payées, une journée pour maladie ou demandent trop souvent à aller aux toilettes, pas d’heures sup !   

Troisième entorse, en période de pic de production, certains salariés enchaînent 13 jours sans repos. D’autres ne prennent qu’un jour par mois.   

Que font, me direz vous les autorités chinoises pour faire respecter les lois chinoises en Chine? Pas grand chose, et quand des avocats cherchent à mobiliser les ouvriers pour qu’ils exigent ce à quoi ils ont droit, ils se font harceler, tabasser, molester. Dernièrement encore, en avril 2019, trois syndicalistes ont été emprisonnés et risquent la torture pour avoir défendu les droits d’ouvriers atteints de silicose. 

Plusieurs documentaires en attestent, notamment We The Workers, un très bon documentaire sur le sujet (trailer ci-dessous) . 

Ils nous prennent pour des zombies, un ouvrier chinois dans We The Workers.

Cet ouvrier parle des entreprises étrangères qui viennent faire produire en Chine, et pas seulement d’Apple.   Apple n’est pas un cas isolé, bien sûr, mais toutes les entreprises n’ont pas pour objectif de servir l’humanité, or c’était le projet de Steve Job en créant Apple, serine Tim Cook à de jeunes diplômés américains.   Servir l’humanité, c’était aussi simple que ça. Tim Cook présentant la vision de Steve Job à des diplomés du MIT aux USA. 

Servir l’humanité, aussi simple que ça, dit-il. Alors pourquoi n’est-il pas simple pour Apple d’obliger son fournisseur chinois à respecter les lois ?

Avant ce rapport sur les intérimaires, il y en a eu un sur l’utilisation abusive des stagiaires, un autre en 2014 sur l’état de fatigue avancé des salarié.es assemblant les I-phone 6, et en 2010 (ce fut le premier), un rapport sur le management militaire pratiqué par Foxconn qui faisait état de 11 suicides dans ses usines travaillant pour Apple. A l’époque, Steve Jobs avait alors considéré que le taux de suicide chez son fabriquant était somme toute comparable au taux national. Quand on fait tourner une usine qui pouvait employer à ce moment là jusqu’à 450 000 personnes, les suicides n’est-ce pas…  ça arrive.    

Apple en peine d’innovation sociale

Depuis Apple a changé sa communication. Elle ne nie pas qu’il y ait des problèmes dans sa chaine de production. C’est même écrit noir sur blanc dans son rapport sur sa responsabilité sociale 2018, sur les 770 évaluations qu’elle a mené dans le monde entier chez ses fournisseurs, oui elle a rencontré des cas de violations du droit sur la paye et les heures de travail… mais c’est assure-telle, marginal.    

Cette semaine encore, elle n’a pas démenti le rapport de China Labor Watch, et comme auparavant, travailler étroitement avec son fournisseur chinois pour y remédier mais elle ne change pas de fournisseur, et finalement rien ne change vraiment. 

Il y aurait donc bien une solution innovante et un peu folle, comme les aime Apple.   

Exiger de Foxconn qu’il double le salaire de ses salariés.  Ainsi les ouvriers qui travaillent pour Apple ne serait plus accros aux heures supplémentaires, et mieux traités. 

Selon China Labor Watch, le coût de la main d’oeuvre d’un I-phone produit dans l’usine Foxconn, c’est 4.64 dollars, moins de 0.5% du prix de vente du produit.  

Coût de la main d’oeuvre chinoise par I Phone : 5 dollars

Les accros d’Apple (les I-sheep, comme les appellent les détracteurs d’Apple, sheep = mouton) seraient sans doute prêts à payer 1005 dollars plutôt que 1000 pour avoir la conscience sociale tranquille. Après tout, les produits Apple sont déjà les plus chers du marchés. 

5 dollars de coût en plus par I Phone, ce ne serait sans doute pas non plus insurmontable pour une entreprise qui a réalisé 60 milliards de bénéfice l’an passé (+23% par rapport  l’année précédente). 

Vous trouvez ça simpliste comme raisonnement ? Pas plus que celui qui consiste à croire que répéter “Apple se soucie de la dignité humaine sur sa chaîne de production” rende la chose vraie. 

5 dollars, clairement, ça ne serait pas cher payé pour ne plus considérer des centaines de milliers d’ouvriers comme des zombies.  

Ah oui, mais j’oubliais, les zombies, c’est bien connu, ne font pas partie de l’humanité. Aussi simple que ça, comme dirait Tim Cook.   

----------------------------------------------------------------------------

Marie Viennot