Digg StumbleUpon LinkedIn YouTube Flickr Facebook Twitter RSS Reset

Apple pulvérise ses prévisions de résultats mais repousse les prochains iPhone

Pandémie ? Récession ? Apple ne semble pas connaître. Le géant californien affiche un bond de 11% de son chiffre d’affaires au cours du dernier trimestre et voit ses profits grimper de 18%. Les analystes pourtant optimistes, ont une fois de plus sous-estimé Apple.

En trois mois, l’entreprise emblématique a vendu pour 59,7 milliards de dollars de biens et services et dégagé 11,3 milliards de dollars de bénéfices. Aucune autre société cotée au monde ne peut en dire autant.

À l’image d’autres leaders du numérique, comme Microsoft, Amazon ou Facebook, la société de Cupertino (Californie) démontre que le confinement, l’éducation et le travail à distance, rendent ses produits et services encore plus indispensables aux yeux de millions de consommateurs. La sortie en avril d’un modèle relativement meilleur marché d’iPhone est en outre tombée au bon moment pour soutenir la demande sur un marché mondial des smartphones qui est saturé.

En dépit d’une violente récession, d’une vague de chômage et d’une grande incertitude sur l’évolution de la conjoncture au cours des prochains mois, les consommateurs dans toutes les régions du monde se sont rués vers les iPhone, les iPad et les Mac. Si les magasins d’Apple n’avaient été fermés et si la chaîne d’approvisionnement du groupe n’avait été perturbée par la pandémie, les performances d’Apple auraient été meilleures.

»À VOIR AUSSI – Test : iPhone 11, iPhone 11 Pro… ce qu’il faut savoir

Les ventes d’iPhone et de Mac surprennent en bien

À ce propos, Luca Maestri, le directeur financier d’Apple, confirme que le lancement du nouvel iPhone, événement qui se tient généralement en septembre, sera décalé de «quelques semaines». Il laisse entendre qu’une date en octobre est plausible.

En attendant, les ventes d’iPhone ont grimpé en trois mois à 26,4 milliards de dollars, soit en gros 4 milliards de plus que prévu par les analystes qui avaient tablé sur une stabilité de la demande par rapport à la même période l’an dernier. Les ventes de Mac surprennent aussi favorablement pour dépasser 7 milliards de dollars.

«Je pense que les mesures de relance, pas simplement aux États-Unis, mais d’une manière générale, ont contribué à ces gains» estime modestement Tim Cook, le patron d’Apple. Dans la catégorie des services, essentielle pour affranchir Apple de sa dépendance à l’égard de l’iPhone, le chiffre d’affaires grimpe de 11,5 milliards de dollars à 13,2 milliards de dollars. Cette catégorie comprend les souscriptions à l’App Store, à Apple Music et au stockage de données sur l’iCloud. Apple se targue de 550 millions d’abonnés payants et vise 600 millions pour la fin de l’année.

Pour maintenir une base d’actionnaires individuels importante, Apple décide de diviser son action en quatre. À plus de 400 dollars aujourd’hui, l’action pourrait donc retomber autour de 100 dollars après distribution de trois actions aux porteurs en date du 24 août.

----------------------------------------------------------------------------

Le cours d’Apple depuis le début de l’année a décollé de plus de 30%. En dehors des heures de cotation sur le Nasdaq, l’action jeudi soir s’est échangée à la hausse de plus de 6%.