Digg StumbleUpon LinkedIn YouTube Flickr Facebook Twitter RSS Reset

Apple poursuivi par une entreprise chinoise pour violation de brevet avec Siri



Une société chinoise spécialisée en intelligence artificielle vient de
porter plainte contre Apple pour violation de brevet. Connue sous le nom de
Shanghai Zhizhen Intelligent Network Technology et de Xiao-i, l’entreprise
réclame 10 milliards de yuans (1,43 milliard de dollars) à la firme à la
pomme pour son

assistant vocal Siri
qui, selon elle, enfreint un brevet qu’elle a déposé en 2004 et qui lui a
été accordé en 2009.

Dans un communiqué diffusé via les médias sociaux repéré par

Reuters
, Xiao-i fait savoir qu’elle demandait à Apple « de mettre fin à la
violation du brevet sur son assistant vocal Siri, y compris, mais sans s’y
limiter, en arrêtant la fabrication, l’utilisation, la promesse de vente,
la vente et l’importation de produits
».

Une plainte déposée en 2012

Apple a déclaré se réjouir de pouvoir se défendre devant les tribunaux.

« Cette affaire dure depuis 8 ans », a rappelé un porte-parole d’Apple. « Siri ne contient pas de fonctionnalités incluses dans leur brevet, qui
concerne les jeux et la messagerie instantanée, et nous sommes déçus que
Xiao i Robot ait intenté un autre procès. Des examinateurs indépendants
certifiés par la Cour suprême du peuple ont également conclu qu’Apple
n’enfreint pas la technologie de Xiao-i
».

Ce n’est pas la première fois que les deux entreprises s’affrontent devant
les tribunaux. Xiao-i avait initialement déposé plainte en 2012, mais

Apple
a fait une demande d’invalidation du brevet. La discussion sur la validité
du brevet s’est poursuivie pendant huit ans, mais le mois dernier, la Cour
suprême populaire de Chine a statué en faveur de Xiao-i, annulant une
décision antérieure de la Haute Cour de Pékin.

Xiao-i s’appuie sur cette dernière décision pour renouveler sa demande
initiale de contrefaçon de brevet. La société, spécialisée dans le
traitement du langage naturel, a déclaré avoir déposé une plainte
officielle auprès de la Haute Cour populaire de Shanghai.



Article de CNET.com adapté par CNETFrance

Image : Jason Cipriani/CNET

----------------------------------------------------------------------------