Digg StumbleUpon LinkedIn YouTube Flickr Facebook Twitter RSS Reset

Apple Plans n’est pas la martingale tant espérée des traders du pétrole

Depuis le mois de mars et la mise en place du confinement, la demande en pétrole a fortement reflué. Pour une très bonne raison : les déplacements ont été fortement restreints, et l’économie au complet a été mise sur pause. En conséquence, la demande en or noir s’est raréfiée, entraînant par le fond les cours du pétrole. Avec le déconfinement progressif, les échanges sont plus vigoureux et le baril a repris des couleurs, mais on est encore loin des sommets des précédentes années (en octobre 2018, le baril de Brent dépassait les 80 $ : il en est à la moitié actuellement).

Crédit : andreas160578, Pixabay.

Comme en Bourse, les traders du marché pétrolier cherchent à anticiper la demande. Ils pensaient trouver une solution idéale avec le rapport sur les tendances de mobilité mis à jour au quotidien par Apple depuis mi-avril ; le but premier de cet outil est de relever les tendances de déplacements des populations durant le confinement.

Les données affichées, disponibles pour la plupart des grandes villes dans le monde, proviennent de Plans et en particulier des demandes d’itinéraires des utilisateurs. Davantage de déplacements, c’est davantage de voitures sur les routes et donc une demande en pétrole qui progresse, sachant que 70% environ de la consommation mondiale de pétrole est engloutie par l’automobile.

Alors que les demandes d’itinéraires augmentaient aux États-Unis après le 25 mai (le Memorial Day, jour férié), la demande d’essence a baissé de 6% durant cette semaine. Déception pour les opérateurs : puisque les tendances de mobilité de Plans ne collaient pas avec la consommation de pétrole, l’oracle d’Apple n’était pas la martingale qui allait leur permettre de « lire » le marché.

----------------------------------------------------------------------------

Ce qu’affichent les tendances de Plans, ce sont effectivement les demandes d’itinéraires, pas nécessairement les itinéraires qui se réalisent effectivement sur la route. C’est pourquoi les traders mixent désormais plusieurs jeux de données, dont celles de Plans, mais aussi TomTom et d’autres sources encore, pour tenter de voir avant tout le monde les tendances des déplacements.