Digg StumbleUpon LinkedIn YouTube Flickr Facebook Twitter RSS Reset

Apple Maps égare les automobilistes dans le désert

Le logiciel de cartographie disponible sur l’iPhone 5 manque parfois de fiabilité. Des touristes australiens en ont récemment fait les frais.

L’histoire aurait pu tourner au drame. Quelques touristes australiens se sont fiés à leurs smartphones pour se rendre à Mildura, petite ville située dans le parc national d’Hattah-Kulkyne, à quelque 400 km d’Adélaïde. Las, ils étaient munis d’iPhone 5 et n’ont trouvé que du sable en lieu et place des hébergements espérés. Depuis ses débuts, le service de géolocalisation Maps (Plans, en France), qui équipe par défaut ces appareils, est décrié. Aéroport en pleine mer, ville européenne déplacée, rues mal positionnées les erreurs relevées jusqu’à présent par les utilisateurs prêtaient à rire. Tim Cook, le patron d’Apple, s’était tout de même fendu d’une lettre d’excuses à ses clients. Deux des cadres à l’origine de l’application ont, eux, été directement dirigés vers la porte.

Mais en Australie, une erreur de 70 km peut mener en plein désert, avec des températures qui atteignent 45 degrés, en cet été austral. Sans possibilité de s’approvisionner en eau, «la situation est potentiellement mortelle», selon la police locale, qui a aussi mis en ­garde les automobilistes contre l’utilisation d’Apple Maps. Les autorités ont dû secourir au moins cinq personnes. Pour ne rien arranger, les portables ne captent pas partout dans ce pays grand comme quatorze fois la France pour 22 millions d’habitants. Ce qui a failli coûter la vie à un malheureux qui, complètement égaré, a pris une piste pour une route, a fini par y ensabler sa voiture puis a marché 24 heures avant de capter à nouveau un signal et de pouvoir appeler les secours! Nul doute que ces touristes auront à cœur de se munir de bonnes vieilles cartes routières et d’une bous­sole pour leurs prochains déplacements, même si Apple a promis de corriger l’erreur.

LIRE AUSSI:

» Apple fait grise mine en Bourse 

Retrouvez cet article sur Figaro.fr

----------------------------------------------------------------------------

Inscrivez vous à la newsletter du Figaro