Digg StumbleUpon LinkedIn YouTube Flickr Facebook Twitter RSS Reset

Pour lutter contre la fraude, Apple peut repérer les iPhone zombies

Le jeu du chat et de la souris entre Apple et les fraudeurs chinois a poussé le constructeur à développer des solutions créatives pour contrer la fraude à l’iPhone. Celle-là même qui lui coûte des milliards de dollars

En 2013, des gangs ont commencé à prendre d’assaut les Apple Store du pays afin de faire remplacer des smartphones défectueux. Dans les faits, il s’agissait de modèles volés dans lesquels les malandrins avaient remplacé les composants internes. Après l’échange en boutique, les malfrats revendaient l’appareil tout neuf.

Avec le temps, Apple a multiplié les parades pour se prémunir contre ce type de fraude, en mettant en place un système de réservation au Genius Bar, en demandant la preuve que l’iPhone à réparer appartenait bien à l’utilisateur… Les bandits utilisent eux aussi des méthodes toujours plus sophistiquées pour tromper le constructeur.

Certains sont allés jusqu’à graver des numéros de série valides au dos d’iPhone sciemment endommagés afin de ne plus pouvoir démarrer. Impossible donc pour le Genius d’inspecter l’appareil à moins de l’ouvrir. Le constructeur a donc imaginé un câble et un logiciel permettant de repérer les smartphones « zombies ».

Le câble utilisé pour la vérification de l’iPhone.

Ce système repose sur un câble Lightning/USB-A capable de lire le numéro de série de l’iPhone défectueux (à partir de l’iPhone 6), y compris quand son écran est brisé, qu’il a plongé la tête la première dans l’eau, ou qu’il a été intentionnellement modifié pour ne pas démarrer.

Le logiciel Mac compagnon, Serial Number Reader, lit alors le numéro de série de l’appareil et regarde s’il est associé à un iPhone utilisant toujours des services d’Apple, comme iCloud. Si les informations ne correspondent pas, alors le réparateur se retrouve en face d’un iPhone zombie, il porte un faux numéro de série et Apple n’ira donc pas l’échanger. Ce « Zombie Check » a été mis en place d’abord en Chine, et depuis le mois de février il est déployé partout dans le monde.

----------------------------------------------------------------------------